"Lector in fabula"

Tout ce que je peux lire/relire et qui peut me tomber sous la main dans le domaine du Livre :

 A 
Spin de Nina Allan
Tristram (Souple) / 2015 / 85p. / couverture : Thierry Dubreil









Nous autres réfugiés d'Hannah Arendt
Editions Allia / 2019 / 43p. 














 B 
La Relation de mon emprisonnement de Russell Banks
Actes Sud (Babel) / 2015 (écrit en 1983) / 148p. / couverture : Armand-Désiré Gautier

Citation du livre :
"J'étais comme un chacal tapi dans les franges de l'obscurité, rôdant à l'orée du cercle de lumière, l'oeil toujours tourné vers l'intérieur, mais prenant un lâche soin de ne jamais se laisser voir.
  La culpabilité n'est pas tant la cause d'une telle obséquiosité, d'une dissimulation aussi aberrante que le résultat d'une perte d'unité préalable. C'est la déchirure dans le tissu de l'esprit patiemment et soigneusement tissé de l'homme de foi qui advient lorsqu'il égare ou abandonne honteusement sa foi."





Les magiciennes de Boileau-Narcejac
Le Livre de Poche (Policier) / 1957 / 190p. / couverture : At. Pierre Faucheux - Photo : Holmès-Lebel

Citation du livre :
""









 C 
La Solution finale de Michael Chabon
Robert Laffont (Pavillons) / 2007 (écrit en 2004) / 158p. / couverture : Jerry Young (Getty Images)

Citation du livre :
"Dieu savait que ce n'était pas un aveu facile ou familier au vieil homme. L'application de l'intelligence créatrice à un problème, la découverte d'une solution à la fois solide, élégante et fulgurante, voilà qui lui avait toujours paru être l'affaire centrale des êtres humains - la mise au jour du sens et de la causalité au milieu des fausses pistes, du tumulte et des friches de la vie. Pourtant il avait toujours été hanté - non ? - par la conscience qu'il y avait des hommes, des cryptographes insensés, des détectives fous qui gaspillaient leurs dons et leur santé mentale à décoder et à interpréter les messages prétendument écrits dans les formations nuageuses, les recombinaisons de lettres de la Bible, les taches des ailes de papillons. De l'existence de tels hommes, l'on pouvait peut-être conclure que la signification résidait uniquement dans l'esprit de l'analyste. Que c'étaient les problèmes insolubles - les fausses pistes et les dossiers "froids" - qui reflétaient la véritable nature des choses. Que toutes les sémantiques et structures apparentes n'avaient pas plus de sens intrinsèque que le jacassement d'un perroquet gris d'Afrique."


Sur le contrôle de nos vies de Noam Chomsky
Editions Allia / 2019 / 53p. 














Descente à Valdez d'Harry Crews
Editions Allia / 2016 / 62p.

Citations du livre : 
"Les salopards suivent toujours les chantiers de construction, mais il y aura ici des salopards comme jamais auparavant... Ce boulot va faire rappliquer tous les flambeurs, promoteurs, artistes branchouilles, escrocs, maquereaux et dealers... Ils vont être comme aspirés ici du Dehors. Et après, ils seront partout. Ils vont envahir le pays, chaque cité, chaque ville, chaque village, comme des vers dans la viande."

"J'ai commencé à hurler et gueuler qu'ils ne peuvent pas tatouer quelqu'un complètement déchiré, que je n'aurais jamais accepté d'être tatoué, car seuls les trous-du-cul se font tatouer et je n'en étais pas un...
Bande de salauds, et si j'ai chopé une hépatite ?
Le dingue de la gonflette s'est extirpé du lit, ses aigles et jaguars étincelant, s'est avancé et, se penchant vers moi, a dit calmement : Si t'as chopé une hépatite, ben tu vireras aussi jeune qu'une merde.
Sur le chemin du retour vers la ville, j'ai pensé : tu t'es fait plumer et décolorer pour toujours à Valdez, Alaska."

"Ce matin-là au camp, Dave Kennedy m'avait demandé si je savais pourquoi les hommes buvaient autant à Valdez. Non, je lui ai dit. Tu dois rester aussi humide à l'intérieur qu'à l'extérieur, il m'a répondu, et de cette façon tu ne te déformeras pas. Je faisais du mieux que je pouvais mais j'avais tout de même commencé à drôlement me déformer."


La Proie de Michael Crichton 
Robert Laffont (Pocket Thriller) / 2003 / 469p.

Citations du livre : 
"Ainsi va la nature humaine : on ne fait rien avant qu'il ne soit trop tard. On installe un feu de signalisation à un carrefour après qu'un enfant s'est fait écraser."

"Dans le domaine de l'intelligence artificielle, on se demande depuis longtemps si un programme peut avoir conscience de lui-même. La plupart des programmeurs répondront que c'est impossible.
Il existe une version plus fondamentale de la question, de nature philosophique, qui vise à déterminer si une machine peut comprendre son propre fonctionnement. Certains répondront que c'est également impossible. Une machine ne peut se connaître pour la même raison qu'on ne peut mordre ses propres dents."



 D 
Cannibale de Didier Daeninckx
Editions Verdier / 2005 (écrit en 1998) / 93p.

Citation du livre :
"- Tu vois, on fait des progrès : pour lui nous ne sommes pas des cannibales mais seulement des chimpanzés, des mangeurs de cacahuètes. Je suis sûr que quand nous serons arrivés près des maisons, là-bas, nous serons devenus des hommes."









Nazis dans le métro de Didier Daeninckx
Une aventure du Poulpe
Editions Baleine / 1996 / 150p. / couverture : Miles Hyman

Citation du livre :
"La démonstration est irréfutable. D'un côté le flou, la disparition des frontières idéologiques, le long terme... De l'autre le martèlement des thèmes, la précision démagogique mais terriblement efficace, les recettes miracle... Nous avons tous ce besoin irrépressible d'agir sur le monde, de le transcender. De penser que notre simple poids peut fléchir la destinée commune. Il est facile de transformer cette quête humaine en simples termes de gagne, de guerre, de désigner des adversaires, les inventer à l'occasion... Leur force actuelle est d'incarner une mutation rapide, de proposer un dérivatif au désespoir." 




 G 
La police est accusée de David Goodis
Le Livre de Poche (Policier) / 1975 / 190p. 

Citation du livre :
"Il prit son chapeau et sortit. Il fallait marcher vite pour franchir la grande salle, où tant de gens étaient avides de lui parler. Ses propres subordonnés. Les "clients". Les journalistes. Les avocats. Les détectives des compagnies d'assurance et les assistantes sociales. Traverser une pièce peut sembler une chose assez simple." 






Glenn Gould par Glenn Gould sur Glenn Gould de Glenn Gould
Editions Allia / 2019 / 48p. 

Citation du livre :
"Je crois simplement que l'on devrait accorder à l'artiste, pour son bien comme pour celui de son public - et permettez-moi redire officiellement aujourd'hui que je n'aime pas du tout les termes comme "public" ou "artiste", et en particulier la hiérarchie qu'implique l'usage d'une telle terminologie -, je crois donc que l'on devrait accorder à l'artiste l'anonymat. Il devrait avoir le droit d'agir en secret, en quelque sorte, détaché - ou, mieux encore, insouciant - des supposées exigences du marché, exigences qui, si elles sont considérées avec suffisamment d'indifférence par un nombre suffisant d'artistes, disparaîtront tout simplement. Et puisqu'elles auront disparu, l'artiste abandonnera  son faux sentiment de responsabilité vis-à-vis de son "public", et son "public" renoncera à son rôle de dépendance servile." 

Un crime parfait de David Grann
Editions Allia / 2009 / 79p.















 H 
Waldo de Robert A. Heinlein
Le Bélial' / 2019 (écrit en 1942-50) / 155p. / couverture : Aurélien Police

Citation du livre :
" "












 J 
Machine Soul de Jon Savage
Editions Allia / 2011 / 58p. 













 K 
Le dernier loup de László Krasznahorkai
Cambourakis / 2019 / 72p.

Citation du livre :
"ça ressemble à quoi ? lui lança le barman hongrois, mais il ne répondit pas et poursuivit, comment aurait-il pu leur parler du poids oppressant sa poitrine, comment aurait-il pu leur expliquer que depuis qu'il avait renoncé à la pensée il avait ouvert les yeux, et compris que tout ce que nous percevions de l'existence n'était qu'un gigantesque mémorial célébrant la vanité des choses, se reproduisant à l'infini, jusqu'à la nuit des temps, que ce n'était pas le hasard qui, avec sa force irréductible, triomphale, invincible, orchestrait la naissance et la déchéance des choses, non, mais plutôt une intention obscure et démoniaque, profondément enracinée dans la substance intrinsèque des choses, une intention nauséabonde, qui imprégnait tout de sa puanteur, le monde est une malédiction, l'oeuvre du mépris, voilà ce qui frappait l'esprit de celui qui se mettait à penser et voilà pourquoi il ne pensait plus, avait appris à ne plus penser, ce qui, naturellement, ne l'avait mené nulle part puisque cette puanteur, il la sentait, il avait beau regarder ailleurs, détourner la tête, elle était là, partout, car le châtiment, autrement dit le monde, condamnait celui qui se mettrait à penser à être conscient de la vanité et du mépris cachés derrière cette intention, à en être conscient sans cesse, à chaque instant, mais renoncer à la pensée, et ouvrir les yeux, donnait naissance à une autre forme de pensée, autrement dit, il était impossible de s'en libérer, l'homme, qu'il pense ou pas, était prisonnier de la pensée, et cette horrible puanteur le prenait à la gorge, que pouvait-il faire ?"

 L 
Ceux des profondeurs de Fritz Leiber
Hélios / 2019 (écrit en 1976) / 93p. / couverture : Zdzislaw Beksinski













Les femmes de Stepford d'Ira Levin
J'ai Lu / 2018 (écrit en 1972) / 157p. / couverture : d'après Alexander Baldin

Citation du livre :
"- Je sais à quel point ça... ressemble à la théorie d'une femme qui, comme beaucoup de femmes aujourd'hui, éprouve, à juste titre, une méfiance et un ressentiment profonds à l'égard des hommes. D'une femme tiraillée par des impératifs conflictuels, peut-être plus fortement qu'elle n'en a conscience : d'un côté les vieilles traditions, et, de l'autre, les nouvelles conventions de la femme libérée."








 M 
La nuit des salamandres de Graham Masterton
Presses de la Cité (Pocket Terreur) / 1993 / 324p. / couverture : Séverine Pineaux













Brûle, Sorcière, Brûle ! d'Abraham Merritt
L'Eveilleur Etrange / 2018 / 236p. / couverture : d'après Virgil Finlay















La Fraternité, pourquoi ? d'Edgar Morin
Actes Sud / 2019 / 59p.

Citation du livre :
"De même, avons-nous dit, la vie est un noeud gordien indissociable d'associations, coopérations, entraides et conflits, prédations, antagonismes et combinaisons incessantes entre vie et mort. Ainsi donc, à sa façon, la vie obéit à la relation indissoluble entre Concorde et Discorde, que nous pourrions aussi nommer relation indissoluble entre Eros, qui cherche toujours à unir, Polemos, qui cherche toujours à opposer et Thanatos, qui cherche toujours à détruire."

"Du reste, en tout pays dont le nôtre, un bouillonnement d'initiatives privées, personnelles, communautaires, associatives fait germer ici et là les ébauches d'une civilisation vouée à l'épanouissement personnel dans l'insertion communautaire, qui sont comme des oasis sinon dans le désert, du moins dans la jungle. 
Ces initiatives ouvrent des brèches dans les énormes machines techno-économiques qui corrompent nos civilisations, colonisent les pouvoirs politiques, imposent à la société les impératifs d'une pensée fondée sur le calcul et vouée aux rentabilités maxima."

"Je le répète : Polemos et Thanatos travaillent à l'intérieur d'Eros comme Eros travaille à l'intérieur de Polemos et Thanatos. Répétons-le sans cesse : tout ce qui ne se régénère pas dégénère, et il en est ainsi de la fraternité. 
Cela la rend d'autant plus précieuse : elle est fragile comme la conscience, fragile comme l'amour dont la force est pourtant inouïe. 
La fraternité, moyen de résister à la cruauté du monde, doit devenir but sans cesser d'être moyen. Le but ne peut être un terme, il doit devenir le chemin, notre chemin, celui de l'aventure humaine."

 P 
L'homme à l'oreille croquée de Jean-Bernard Pouy
Folio Policier (Gallimard) / 2019 / 157p.











Les cieux découronnés de Tim Powers
J'ai Lu SF / 1998 (écrit en 1976) / 248p. / couverture : Corrado Parrini

Citation du livre :
"- Il régnait une ambiance survoltée, hier soir. J'y suis déjà allé une dizaine de fois, mais je n'avais encore jamais vu ça.
- C'est parce qu'on vivait bien, sous le Duc Topo, et que maintenant les choses se gâtent. Ca va même de mal en pis. Voilà pourquoi les gens, hier, ont dépassé les bornes : pour eux, c'était la dernière fois qu'ils avaient l'occasion de s'amuser.
- On n'en est quand même pas à ce point ?
- Peut-être bien que si... Les compagnies de navigation interplanétaires s'effondrent. Le Service des Transports est en faillite, même si ses dirigeants ne veulent pas l'admettre. Il semblerait qu'ils aient décidé d'établir leur quartier général sur Octavio. Costa étant de mèche avec eux, il multiplie les impôts pour combler les déficits. On n'a pas fini d'en voir... Le pire est encore à venir."  


 T 
Mangez-le si vous voulez de Jean Teulé
Julliard / 2016 / 131p. / couverture : Frédéric Poincelet















 V 
Sukkwan Island de David Vann
Gallmeister / 2017 (écrit en 2008) / 193p. / couverture : Oli Winward

Citation du livre :
"Il était si fatigué qu'il ne pouvait garder les idées claires. Son esprit s'téait arrêté, son corps lui semblait minuscule, comme celui d'un bébé. Un tout petit bébé doré recroquevillé sur lui-même à l'intérieur d'un corps d'adulte, relié par des ficelles à chacun des membres de ce corps plus grand qu'il tirait vers l'intérieur. Il était en train de disparaître."








 W 
La saison de la sorcière de Roland C. Wagner
Les Moutons Electriques / 2017 / 230p. / couverture : Melchior Ascaride












L'extinction de l'espèce humaine d'H.G. Wells
Petite Biblio Payot Classiques / 2018 (publiés entre 1891 et 1896) / 83p.

Citation du livre :
"Tout membre de la classe moyenne passe d'abord par une période d'activité et d'imagination, de "vivacité et d'excentricité", de Sturm und Drang. Il choque ses tantes. Bientôt, pourtant, il se rend compte que les choses sont sérieuses. Il devient terne ; il choisit une profession ; des ventouses apparaissent sur sa tête ; et il étudie. Enfin, il se range : il se marie. Ses folles ambitions, ses perceptions délicates, esthétiques, devenues inutiles dans cet environnement de calme félicité domestique, s'atrophient. Il sécrète une maison, ou un "ordre établi", et s'entoure de matières inorganiques et serviles. Il se sépare de sa queue de bohème. Désormais, son existence ne consiste qu'à recevoir passivement ce que le hasard et la vie professionnelle lui prodiguent ; presque réduit à une simple excroissance végétative de la rue, il trouve dans la quiétude de sa vocation ce contentement sans nuances qui remplace le bonheur."


Liens de sang de Francis Paul Wilson
Presses de la cité (Pocket Terreur) / 1993 (écrit en 1991) / 300p. / couverture : P. O. Templier

Citation du livre :
"- Ce que j'aimerais que tu ne sois pas flic. 
- Je crois bien que c'est héréditaire. Je tiens ça de mon père, je n'y peux rien. 
- D'accord. Dans ce cas, ce que j'aimerais que tu ne sois pas flic à New York.
- Où cela alors ?
- Dans un endroit qui ne soit pas un repaire de camés, de maquereaux, de violeurs et de tueurs.
- Je ne suis pas de ton avis, Kara. Pour moi, cette ville n'est pas remplie de camés, de maquereaux, de violeurs et de tueurs, comme tu dis. Ce ne sont pas eux qui font la ville. Ils ont été attirés par ses dimensions. Manhattan ressemble à un immense lac, eux ne ne sont que l'écume qui flotte à la surface. Ils accaparent l'attention. Trop souvent, les étrangers ne voient qu'eux en arrivant ici et ne souviennent que d'eux en repartant. A cause de l'écume, le lac peut paraître répugnant, mais il ne faut pas assimiler l'un à l'autre. Je travaille ici pour tous les autres, ceux que l'on ne remarque pas, qui vivent et travaillent ici."

 Z 
Une assemblée de chacals de S. Craig Zahler
Gallmeister / 2018 / 343p. / couverture : Mathieu Persan  

Citation du livre :
"- Aucun de nous n'est un martyr. On a tous commis des actes horribles et on mérite d'être pendus. Je voulais seulement que Mlle Jeffries sache qu'il n'y a jamais eu de méchanceté chez James Lingham.
- Et vous ? demanda son père.
- Je voulais être shérif quand j'étais petit, mais ça s'est mal passé pour moi et je suis devenu méchant.
- Ca se passe souvent comme ça, dit son père.
A ce moment-là, Beatrice remarqua que le timbre de la voix d'Oswell et celui de son père étaient exactement le même." 


Toi l'immortel de Roger Zelazny
Hélios / 2018 (écrit en 1973) / 266p. / couverture : John Jude Palencar

Citations du livre :
"- Lorsque l'humanité est sortie des ténèbres, elle a ramené une profusion de légendes, de mythes et de souvenirs de créatures fantastiques. Nous sommes en train de replonger dans le gouffre de ces mêmes ténèbres. La force de vie s'affaiblit et vacille, et il s'opère un retour vers ces formes premières qui, depuis très longtemps, n'étaient plus que les vagues souvenirs communs d'une race..."

"En jetant un regard vers le passé il semblait que la trame de ma vie n'ait été tissée que d'une succession d'arrivées et départs, de bonjours et d'au revoir. Mais la Terre, elle, tourne toujours."  









Génocides de Thomas Disch
Hélios Noir / 2019 (1ère parution : 1977) / 253p. / couverture : Chris Cold











Homicide mode d'emploi de Fredric Brown
NEO / 1986 / 176p. / couverture : Jean-Claude Claeys
Anthologie de nouvelles.







Le déclin du courage d'Alexandre Soljenitsyne
Les Belles Lettres / 2017 / 64p.













La dimension des miracles de Robert Sheckley
Le Livre de Poche (SF) / 2009 / 254p. / cover : Jackie Paternoster

Citations du livre :
"Je ne dois pas être particulièrement faustien, se disait-il. Voilà que j'ai les secrets de l'univers étalés devant moi comme de vieux journaux, et je suis en train de rêver à une belle matinée de février dans le Vermont, quand la neige n'est pas encore trop effritée."

"Carmody se trouva en train de raisonner comme suit avec lui-même : "Ou bien je suis fou ou bien je ne suis pas fou. Si je suis fou, je puis repousser mes hallucinations et solliciter une aide psychiatrique ; ce qui me met dans la situation absurde de vouloir nier ce dont mes sens me proclament la réalité au profit d'une vague réminiscence de rationalité. De plus, je cours le risque de multiplier mes conflits, aggravant ainsi ma folie jusqu'au point où ma femme éplorée n'aura d'autre ressource que de me faire entrer dans un établissement. Par contre, si j'accepte cette présumée hallucination comme réelle, je risque ainsi de finir dans un établissement."

Les marécages de Joe R. Lansdale
Folio Policier / 2016 / 388p.

Citation du livre :
"Oh, oui, à cette époque, je n'aurais pas été surpris de découvrir qu'on avait moyen d'atteindre la lune en grimpant au sommet de l'arbre le plus haut et qu'avec une bonne paire de ciseaux, on pouvait la couper en deux !"



Cristal qui songe de Théodore Sturgeon
J'ai lu / 2018 / 251p.

Citations du livre :
"L'humanité est un concept familier aux anormaux : à leur grand désespoir, ils s'en sentent en effet tout proches ; ils expriment leur parenté avec elle dans un sanglot de regret et ne cessent jamais de tendre vers elle leurs bras difformes."

"Le premier impératif de survie s'exprime en fonction de l'espèce ; le suivant en fonction du groupe ; le dernier en fonction de l'individu. Tout le bien, tout le mal, toute la morale, tout le progrès dépendent de l'ordre dans lequel on se conforme à ces trois impératifs. Si l'individu survit aux dépens du groupe, il met l'espèce en danger. Si le groupe entend survivre aux dépens de l'espèce il va manifestement au suicide. L'essence du bien et du mal réside là ; c'est de cette source que coule la justice pour l'humanité entière."




Ma Zad de Jean-Bernard Pouy
Gallimard (coll. Série Noire) / 2018 / 194p. / cover (photo) : Vladimir Serov

Citation du livre :
"Quand, dans nos vies, tout devient sombre, nous faut-il absolument de la lumière ? C'est vrai, quand on y pense, la tendance, pour les cercueils, c'est le sapin clair. Quelquefois peint en blanc."




Le nombril du monde de Roland C. Wagner
Les Moutons Electriques (coll. Les Saisons de l'Etrange) / 2018 / 128p. / cover : Melchior Ascaride

Citation du livre :
"Les combattants du Bien ont leurs défauts, eux aussi."




Normal de Warren Ellis
Au Diable Vauvert / 2018 / 189p. / cover : Olivier Fontvieille
Traduction de Laurent Queyssi
En livrant un court roman paranoïaque sur les dérives sécuritaires et la peur de toute future singularité , Warren Ellis réussit peut-être là son meilleur travail en littérature à ce jour. On s'étonne même que le roman s'arrête après quelques 180 pages, tellement il maîtrise le sujet, et l'on rêve que l'auteur poursuive sa carrière dans les mêmes thèmes. Après les semi-déceptions qu'étaient Artères Souterraines et Gun Machine, il est extrêmement plaisant de voir enfin un Warren Ellis en pleine possession de ses moyens. Alors accompagnons-le et regardons nous aussi au fond de l'abîme !

Citation du livre :
"C'est ça, l'avenir, Adam machin-chose. Des villes-Etats remplies de vieux entassés près des hôpitaux et les yeux tournés vers le ciel, terrorisés par le cyclone qui les enverra flotter à plat ventre dans quatre mètres de merde. Et je ne peux rien y faire."



Le dernier chant d'Orphée de Robert Silverberg
Actu SF / 2012 / 178p. / cover : Zariel

Citations du livre :

"..."






Le Monarque de la Vallée de Neil Gaiman

Au Diable Vauvert / 2017 / 111p. / cover & drawings : Daniel Egnéus
Dans l'univers d'American Gods.

Citations du livre :

"..."




Au-delà de Sherlock Holmes (collectif)
Rivages/Noir / 2017 / 125p. / cover : André Sanchez
Anthologie de courts récits pastiches sur l'univers et le personnage de Sherlock Holmes, avec Anthony Boucher, Poul Anderson, etc.

Citations du livre :

"..."




L'Exorciste de William Peter Blatty
Robert Laffont (Pavillons Poche) / 2016 / 532p.

Citations du livre :

"..."



Dans la maison du ver de George R. R. Martin
Pygmalion / 2017 / 136p.

Citations du livre :
"..."



Nous avons tous peur de B. R. Bruss
Bibliothèque Marabout / 1974 / 186p. 
Livre écrit en 1956.

Citations du livre :
"..."













Un homme dans la foule de Budd Schulberg
Editions des Equateurs / 2017 / 91p. / cover : Stéphane Rozencwajg
Livre écrit en 1953.

Citations du livre :
"Il voulait traiter des sujets. Telle est l'une des plaies dont notre époque a hérité. Les disc-jockeys ne passent plus de disques. Maintenant, ils vous font des conférences visant à résoudre les problèmes de circulation à New York, ou à améliorer les Nations unies."

"C'était l'un de ces imposteurs magnifiques capables de s'engloutir eux-mêmes dans leur propre sincérité."


"Il était effarant et effrayant de voir à quel point Lonesome, ce gondolier de la boîte-à-cigares, s'exprimait sur les sujets les plus vastes sans avoir la moindre connaissance de l'arrière-plan factuel ou historique. Un ignorant hardi qui, avec le courage de son ignorance, n'hésitait pas une seconde à se dresser et à expliquer à ses "voisins" - ce qui veut dire à tous les Américains - comment mener leurs propres affaires et celles de la nation."



Le Volcryn de George R. R. Martin
Actu SF / 2012 / 161p. / cover : Last

Citation du livre :
"Et quand j'ai finalement touché Royd, pour la première et dernière fois, son corps était encore chaud mais lui était mort. Il n'a rien senti. Je n'ai pas su tenir cette promesse. 
Mais il y en a une autre que je peux tenir. 
Jamais je ne le laisserai seul avec elle. 
Jamais."




Skin Trade de George R. R. Martin
Actu SF / 2012 / 227p. / cover : Andy Brase

Citations du livre :
"Tu viens du fer, William Flambeaux, mais nous, les Harmon, nous avons toujours appartenu au sang. Nous avions le bétail et l'abattoir, mais bien avant cela, avant que cette cité ou cette nation n'existent, le Vieux Manoir était le haut lieu du commerce des peaux (skin trade en VO)."

"Joan Sorenson n'a pas été dévorée par un animal mademoiselle Wade. Elle a été écorchée vive, et s'est vidée de son sang. La partie manquante de son corps, c'est sa peau.
"




L'homme truqué de Maurice Renard
L'Arbre vengeur / 2014 / 134p. / cover : Greg Vezon

Citation du livre :
"Pourtant, lorsque la suprême vibration de la cloche s'éteignit sur le bourg, j'étais encore figé dans la même attitude... Au dernier coup de midi, Jean Lebris, l'aveugle, avait regardé sa montre et l'avait mise à l'heure."

Martiens, Go Home ! de Fredric Brown
Folio SF / 2016 / 216p. / cover : Frederik Peeters

Citation du livre :
Post-scriptum de l'auteur
"Luke a raison ; l'univers et tout ce que celui-ci renferme existent uniquement dans son imagination. C'est lui qui l'a inventé, comme il a inventé les Martiens. Seulement voilà : c'est moi qui ai inventé Luke.
Conclusion : quelle possibilité d'existence cela laisse-t-il à Luke ou aux Martiens ?
Ou à vous qui me lisez, tous autant que vous êtes ?"




Cercle Vicieux de Mike Carey
Une aventure de Felix Castor
Bragelonne / 2010 / 406p.

Citations du livre :
"- Nicky, sept meurtres en une nuit, c’est peut-être un record – mais seulement jusqu’à ce qu’une âme laborieuse vienne l’élever à huit. Un été sur deux il y a un nouveau record de chaleur, c’est la même chose.
- Non, ça c’est dû au réchauffement planétaire.
- Exact. Et le truc d’hier, c’est dû à l’échauffement planétaire. C’est comme ça que fonctionnent les records, Nicky : ils vont toujours en montant, parce qu’ils ne peuvent pas baisser."

"Il paraît que si l'on souffre dans cette vie, on reviendra dans la prochaine réincarné en quelque chose de mieux. Moi je reviendrai comme Dieu."




H.P.L. suivi de Celui qui bave et qui glougloute de Roland C. Wagner
Hélios / 2017 / 157p. / cover : Philippe Caza
Roland C. Wagner témoigne son amour pour Lovecraft à travers la réédition de H.P.L., un texte autobiographique fictionnel érudit et ludique sur l'homme de Providence. "What If" Lovecraft n'était pas mort en 1937 ? Aurait-il côtoyé et agacé ses exégètes ? Aurait-il évolué au niveau de sa pensée ?
Le texte est suivi de Celui qui bave et qui glougloute, une nouvelle plaisante empruntant la forme d'un western steampunk historique citant Lovecraft, son panthéon monstrueux et même les frères Dalton. Une curiosité littéraire, malgré tout mineure dans l'oeuvre de l'immense Roland C. Wagner.

Citation du livre :
"Jamais écrivain n'eut de public aussi éloigné de ce qu'il est lui-même. Robert (Bloch) m'a procuré l'un de ces fanzines qu'ils consacrent à ma modeste personne - du moins, à la vision qu'ils en ont - et j'ai eu du mal à croire ce que j'y lisais. L'un des articles prétend que je me suis livré à la magie noire pour vous empêcher d'être incorporé ! Un autre assure que j'ai reçu l'initiation atlante dans une grotte sur les bords du Miskatonic ! Comment peut-on écrire de telles sottises ? Si j'avais eu connaissance de ce genre de choses il y a quinze ou vingt ans, j'aurais pris ma plume pour adresser à ce torchon mon indignation la plus vengeresse, mais je me fais vieux et ma main court sans cesse plus lentement sur le papier..."



L'envahissant cadavre de la Plaine Monceau de Léo Malet
Une aventure de Nestor Burma
Le Livre de Poche / 1971 / 252p.

Citation du livre :
"Une main d'honnête homme. Comme il y en a tant. Des gens qui vous regardent de travers parce que vous faites des dettes, ne votez pas, refusez de porter un jugement sur le comportement de la fille de la concierge et ne vous découvrez pas au passage des convois funèbres. Eux ne sont pas des anarchistes de cet acabit. Ils se contentent de frauder le fisc, la douane, voler sur le poids des denrées et faucher le fruit des veilles d'un inventeur suicidé. Des citoyens honorables, respectés et considérés. Le monde en est plein. Il en déborde. C'est pourquoi, parfois, ça ne sent pas bon." 





Nous allons tous très bien, merci de Daryl Gregory
Le Bélial / 2015 / 193p. / cover : Aurélien Police

Citation du livre :
"J'ai l'impression que nous sommes jugés en permanence, dit-il. 
Il avait pesé la formule pendant quelque temps. Ce "nous" était stratégique ; ce n'était pas seulement son affaire : tout le groupe était agressé." 











Malpertuis de Jean Ray
Alma Editeur / 2017 / 270p. / cover : Philippe Foerster...

Citation du livre :
"..." 











Frankenstein Délivré de Brian Aldiss
Hélios / 2017 / 302p. / cover : ZALARTWORKS
Voyage dans le temps, rencontre avec une créature mythique...

Citation du livre :
"D'abord, les systèmes deviennent impersonnels. Puis ils semblent acquérir un esprit qui leur est propre, et enfin ils deviennent positivement pernicieux !" 












La Maison de Soie d'Anthony Horowitz
Le Livre de Poche / 2011 / 381p. / cover : Constance Clavel

Citation du livre :
"Vous auriez montré une goute d'eau à Holmes et il en aurait déduit l'existence de l'Atlantique. Vous me l'auriez montrée à moi et j'aurais cherché un robinet. C'était la différence entre nous deux." 













Le Regard de Ken Liu
Le Bélial / 2017 / 93p. / cover : Aurélien Police

Citation du livre :
"Il y a donc toujours cette heure, chaque matin au réveil, où elle se retrouve à nu, seule avec ses souvenirs, désarmée face à l'accès de haine pure (...) et de colère froide, ainsi qu'à l'abîme de ténèbres sans fond qu'elle endure comme punition." 













Notes sur la mélodie des choses de Rainer Maria Rilke
Allia


Interférences de Yoss
Hélios




















Conversations : William S. Buroughs / Andy Warhol de Victor Bockris
10/18 / 2014 / 185p.


Citation du livre (Victor Bockris à propos de William et Andy) :
"Tous deux étaient des agents doubles, des hommes hardis, forts et courageux, qui avaient résisté quand tout le monde baissait les bras, et avaient fait voler en éclats l'establishment. Ils étaient tous les deux mariés à leur travail, torturés pas de grandes âmes romantiques et la nécessité d'une solitude totale."










L'année du loup-garou de Stephen King
Illustrations de Berni Wrightson
Le Livre de Poche / 2016 / 105p.


















La main tendue de Poul Anderson
Le Passager Clandestin / 2014 / 66p.

















L'Histoire d'un roman de Thomas Wolfe
Editions Sillage / 2016 / 80p.

















L'Océan au bout du chemin de Neil Gaiman
Au Diable Vauvert / 2014 / 315p.


















Le grand sylvain de Pierre Bergounioux
Editions Verdier / 2017 / 72p.
Ecrit en 1993, Le grand sylvain profite de la sortie du DVD du film La capture, en compagnie de Pierre Bergounioux de Geoffrey Lachassagne, pour se refaire une jeunesse et intégrer l'édition collector concoctée par La Huit, sur laquelle j'ai eu l'honneur de travailler.
Pierre Bergounioux impressionne, sa poésie, son sens du verbe, son style et ses idées, tout se combine à merveille pour empêcher le lecteur de lâcher cet ouvrage. En mettant en parallèle sa quête d'entomologiste et la recherche d'une vérité fondamentale développée dès la petite enfance, il décrit une condition humaine déficitaire, débitrice et cherchant, alors qu'elle s'approche dangereusement de l'oubli, à faire "le solde de tout compte".

Citations du livre :
"Il faudrait de meilleurs yeux pour discerner, à trois pas de l'adulte - puisqu'on est un adulte - le gosse ectoplasmique tenant à deux mains le grand registre noir, diaphane, de ses chagrins."
"Mais tout ce qu'on peut faire, pendant que le monde existe et que sa considération nous écrase, c'est de rechercher méthodiquement ce que jadis il nous a enlevé."

Hannibal Lecter : Les Origines du mal de Thomas Harris
Editions Albin Michel (Pocket) / 2011 / 378p.
Dernier volet à ce jour de la saga Hannibal Lecter, Les Origines du mal, comme son titre l'indique, dévoile la jeunesse et les origines du célèbre serial killer.
Thomas Harris évite les écueils typiques à ce genre d'exercice et brosse un portrait réaliste tout en finesse et avec une multiplicité de détails. Au détour de pages élégantes, ciselées et agrémentées de toute une symbolique poétique et onirique, rendant compte d'une connaissance accrue de la psyché humaine, il offre une véritable naissance au mal qui ronge le jeune Hannibal et dont il va finir par se "nourrir". 
Le livre, tour à tour grandiloquent et modeste, sauvage et modéré, est traversé par deux forces qui s'opposent et se nourrissent constamment. Le résultat est renversant et crée un trouble chez le lecteur qui commence à développer une empathie envers l'un des monstres les plus fascinants de la littérature. L'horreur y est palpable et un arrière-goût amer persiste longuement une fois le livre refermé.

Citation du livre :
"Ici, les poupées en papier continuent à se recroqueviller dans les flammes."


L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken Liu
Le Bélial / 2016 / 107p. / cover : Aurélien Police
Avec cette nouvelle parue au Bélial', dans la collection "Une heure-lumière", Ken Liu s'est intéressé aux violences sordides pratiquées par les soldats et médecins japonais sur le peuple chinois lors de la Seconde Guerre Mondiale, et plus précisément aux horreurs de l'Unité 731. Il raconte comment deux scientifiques, dans un futur proche, mettent au point un moyen de voyager dans le temps et de découvrir enfin la vérité sur place. Seulement, ce procédé ne peut servir à chaque saut que pour un seul voyageur et il efface les traces du passé une fois celui-ci revenu.
Utilisant la forme documentaire, Ken Liu confronte et multiplie les points de vue, négationnistes contre pourfendeurs de la vérité et propose une analyse brillante et confondante de ce que signifie l'Histoire, le souvenir et la mémoire.

Citation du livre par un des personnages principaux (Pr Wei) :
"On a maintenant atteint la fin de l'histoire. Nous avons, ma femme et moi, écarté les récits effectués a posteriori, en offrant à tous l'occasion de voir le passé de ses propres yeux. A la place des souvenirs, nous disposons de preuves irréfutables. Au lieu d'exploiter les morts il faut dévisager les agonisants. J'ai vu ces crimes de mes propres yeux. Et cela, vous ne pouvez pas le nier."


Easy Money de David Simon
Editions Inculte / 2016 / 111p. / cover : Rémi Pépin



















Sherlock Holmes et le Fantôme de l'Opéra de Nicholas Meyer
Editions Archipoche / 2010 / 249p.



















-----------------------------------------------
STEPHEN KING


Blaze de Richard Bachman (pseudo)
La Tour sombre T.1 : Le Pistolero de Stephen King (Editions 84 - 1998)


-----------------------------------------------
GRAHAM MASTERTON


Le Diable en gris de Graham Masterton (Bragelonne, édition Stars - 2015)
Manitou de Graham Masterton
Wendigo de Graham Masterton (Bragelonne - 2009)
Magie indienne de Graham Masterton 
Corbeau de Graham Masterton 
La Vengeance du Manitou de Graham Masterton (Néo - 1985)
Le Djinn de Graham Masterton (Néo - 1985)
Les Puits de l'enfer de Graham Masterton (Néo - 1985)
Descendance de Graham Masterton (Bragelonne - 2008)
La Cinquième sorcière de Graham Masterton (Bragelonne - 2010)


-----------------------------------------------
TIM POWERS

Les Voies d'Anubis de Tim Powers (Bragelonne - 2013)
Le poids de son regard de Tim Powers (Bragelonne - 2013)



-----------------------------------------------
JIM THOMPSON

Rage noire de Jim Thompson (Rivages/Noir - 2004)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire